Jours glissants : principes de retraits et paiements sur cartes bancaires

Jours glissants : principes de retraits et paiements sur cartes bancaires

Jours glissants : principes de retraits et paiements sur cartes bancaires

Les jours glissants représentent un principe de fonctionnement des cartes bancaires. Il faut le comprendre pour ne pas se retrouver dans un manque de liquidité ou un défaut de paiement. Cette relation entre la banque et son client peut être négociée afin de permettre à ce dernier d’avoir une plus grande marge de manœuvre. Découvrez comment fonctionne le principe des jours glissants.

Les jours glissants : ce qu’il faut savoir

Le fonctionnement des cartes bancaires est régi par des règles strictes. Pour un usage judicieux et pour ne pas se retrouver à faire des formalités administratives supplémentaires, il convient de les comprendre et les respecter soigneusement. Parmi ces principes se trouvent les jours glissants.

Ils désignent simplement une période de temps qui s’écoule entre deux utilisations d’un même service, ce dernier étant plafonné à un montant fixé précédemment. Les jours glissants sont généralement fixés de façon hebdomadaire ou mensuelle. Une fois la limite atteinte, il suffit d’attendre le nombre de jours glissants requis pour pouvoir effectuer de nouveaux retraits ou paiements avec votre carte.

Le principe de fonctionnement des jours glissants

Le fonctionnement des jours glissants est relativement simple. Cela veut dire qu’il n’est pas possible de retirer de l’argent avec votre carte bancaire au-delà du montant plafond sur la période fixée. Si les jours glissants sont établis par semaine (on parle de 7 jours glissants) pour un plafond de 500 euros par exemple, le client dispose de 7 jours pour retirer ce montant à sa guise.

  • Cas 1 : Si le client retire 500 euros un lundi, il ne peut plus effectuer de retrait avant le mardi suivant.
  • Cas 2 : S’il retire 200 euros un vendredi, le client a jusqu’au jeudi suivant pour retirer les 300 euros restants.

NB : Il n’y a pas une limite quant aux nombres de retraits avant d’atteindre le plafond, mais il convient de bien savoir calculer les jours glissants pour éviter de voir sa carte bloquée. Le principe est le même pour les jours glissants mensuels. Le détenteur de la carte bancaire disposera donc de 30 jours pour effectuer ses retraits dans la limite de son montant plafond.

Déterminer ses jours glissants

Pour déterminer les jours glissants affectés à une carte bancaire, deux valeurs sont nécessaires : la durée du service et le premier jour d’utilisation de ce dernier. Les jours glissants prennent donc effet à partir du premier retrait (premier jour d’utilisation) de votre carte. Il ne reste qu’à y ajouter la période pour savoir où se trouve la prochaine limite de retrait (bien entendu en fonction de votre plafond). Le point de départ reste donc flottant et dépend de l’utilisation de la carte.

Choisir la modalité de jours glissants adaptée à ses besoins

En fonction de la banque qui gère votre carte, il est possible de choisir le type de jours glissants qui convient le mieux à vos besoins (retraits et paiements). Cela dépendra également de vos revenus. Avant de choisir un plafond auprès de votre banque, déterminez, en tenant compte de vos activités et des dépenses qui en découlent, le montant de vos besoins. Le bon déroulement de vos différentes activités en dépend.