Les formes d’inégalités de genre persistantes dans le milieu professionnel

Malgré la lutte contre les inégalités de genre, de nombreuses formes de sexisme persistent encore dans le milieu professionnel. En effet, le genre féminin est souvent dévalorisé au profit des hommes, qui sont plutôt privilégiés dans de nombreux domaines. Pourtant, cette inégalité présente de nombreuses conséquences négatives pour une entreprise. En plus d’affecter la productivité et la performance des équipes, elle impacte aussi le recrutement, sans parler des effets sur le climat de travail et l’image de la société. Comment peut-elle se manifester et comment la surmonter ? Nous vous invitons à faire le point sur le sujet.

Ce qu'il faut retenir :

💰 Inégalité salariale Écart salarial entre hommes et femmes dans le monde professionnel.
🔒 Plafond de verre Barrière invisible limitant l'avancement des femmes dans leur carrière.
🚫 Discrimination à l'embauche Privilège accordé aux hommes lors des processus de recrutement.
👩‍💼 Manque de représentativité Nombre limité de femmes occupant des postes de pouvoir ou dans des secteurs techniques.

L’écart salarial entre les hommes et femmes : une réalité incontournable

Comme on peut le constater grâce à la plateforme Cali et Gali, l’inégalité salariale entre les hommes et les femmes est une réalité toujours présente sur le marché du travail. En effet, une étude menée par l’INSEE en 2022 démontre que les hommes gagnent 23,5 % de plus que les femmes. Bien que ces dernières occupent majoritairement des postes importants dans le secteur du soin, de la santé ou encore de l’aide à la personne, elles restent mal rémunérées.

Cette différence est surtout liée au volume de travail des femmes inférieur, à cause du temps partiel qui s’élève à 28,7 % chez les femmes contre 7,2 % pour les hommes. Toutefois, à temps de travail similaire, l’écart salarial reste important, puisqu’il est estimé à 14,9 %. Cela prouve que les métiers correspondant aux spécificités féminines sont peu valorisés. Cette inégalité demeure pour un poste et un temps de travail identiques, même si la différence de revenu est de 4 %.

inégalités de genre au travail

Le plafond de verre, des barrières invisibles à l’avancement des femmes

Malgré la volonté des femmes à évoluer dans leur carrière, le plafond de verre reste une barrière importante à leur succès professionnel. La majorité des femmes exercent des métiers précaires dévalorisés, tandis que les postes importants sont occupés par des hommes. L’accès aux postes de direction et à ceux à haute responsabilité dans les entreprises est très limité au genre féminin.

En effet, les compétences des femmes sont souvent sous-estimées et sont associées à un manque de capacité à diriger et à prendre des décisions importantes. Seules six grandes entreprises françaises sur les 120 ont une femme comme PDG. Il est pourtant possible de surmonter ce problème en favorisant la diversité dans le processus de recrutement et en s’éloignant des stéréotypes.

La discrimination à l’embauche, une forme d’inégalité de genre persistante

Bien que la lutte pour l’égalité des sexes dure depuis plusieurs décennies, la discrimination à l’embauche continue de se manifester. Les recruteurs, influencés par les préjugés par rapport au genre féminin, ont tendance à privilégier les hommes. Cette discrimination peut se ressentir dès l’entretien, notamment à travers des questions déplacées sur la situation familiale ou la maternité.

Les compétences des femmes sont également évaluées plus sévèrement et les critères de sélection privilégient fréquemment le genre masculin. Pour soutenir l’inclusion et la diversité, il est possible de miser sur un recrutement anonyme. Ainsi, les prises de décision ne risquent pas d’être influencées par les stéréotypes. La sensibilisation des recruteurs sur les préjugés involontaires peut aussi contribuer à la suppression de cette forme d’inégalité de genre dans le monde du travail.

Le manque de représentativité dans certains secteurs et postes de pouvoir

Le nombre de femmes exerçant à des postes de pouvoir ou dans un domaine technique est très faible. Ce manque de représentativité s’explique par de nombreuses raisons. La considération du sexe dans le choix de la carrière au plus jeune âge en est une raison. Les métiers importants et techniques sont en général associés aux hommes. Le manque de présence féminine dans ces secteurs peut avoir une influence sur le choix de carrière de la majorité des femmes et les décourager à se lancer.

Cependant, les préjugés inconscients lors du recrutement en sont également la cause. Le manque de disponibilité des femmes dû à leurs responsabilités familiales peut aussi les empêcher de s’engager dans des postes de pouvoir. Vous l’aurez compris, les inégalités de genre continuent d’être présentes dans le monde professionnel. Les femmes restent encore défavorisées, aussi bien en termes de salaire que de poste occupé.

La majorité exerce dans le secteur du soin, avec une rémunération médiocre par rapport à celle des hommes. La mise en place d’une politique d’inclusion et de diversité, la sensibilisation des collaborateurs et l’anonymisation du recrutement sont des solutions envisageables pour lutter contre le sexisme. Cela permet non seulement d’instaurer un environnement sain dans l’entreprise, mais aussi de booster la productivité et d’améliorer l’image de la société.