Jours fériés

Jours fériés : règles de paiement et droits des salariés

Votre réveil sonne, vous ouvrez un œil et regardez l’heure. C’est un lundi matin comme tant d’autres. Mais non, attendez une minute… C’est un jour férié ! Vous pouvez vous rendormir. Ou pas. Parfois, la réalité de la vie professionnelle peut vous rattraper. Pourquoi certains salariés travaillent-ils les jours fériés ? Et comment sont-ils rémunérés ?

Ce qu'il faut retenir :

  • Vérifiez votre convention collective pour connaître les règles de rémunération spécifiques en cas de travail un jour férié.
  • Si un jour férié tombe pendant vos congés, il ne sera pas décompté de vos jours de congés.
  • Le lundi de Pentecôte est une journée de solidarité, travaillée mais non payée, pour financer des actions en faveur des personnes âgées ou handicapées.
  • Assurez-vous de bien comprendre vos droits et devoirs en tant que salarié concernant les jours fériés en vous renseignant auprès de votre employeur, de vos représentants du personnel ou de votre syndicat.

Les jours fériés, une particularité à la française

En France, nous avons le privilège d’avoir un nombre conséquent de jours fériés. En fait, nous en avons onze, spécifiquement définis par le Code du travail, l’article L3133-1 pour être précis. Mais que se passe-t-il si l’un de ces jours tombe un jour ouvré ? La question de travailler ou non se pose.

Pour faire simple, sauf exceptions (comme dans certains secteurs d’activité), un jour férié n’est pas travaillé et reste payé pour les salariés. C’est ce que nous appellerons un jour férié chômé. Si l’employeur exige que vous travailliez durant ce jour, cela devient un jour férié travaillé. Le travail durant ces jours donne lieu à une rémunération spécifique.

Rémunération des jours fériés : des règles précises

La question de la rémunération des jours fériés travaillés est souvent source de confusion. Selon le Code du travail, un salarié qui travaille un jour férié chômé a droit à une rémunération. C’est le principe du maintien de salaire. Mais il existe des exceptions, notamment pour les salariés en contrat de travail à durée déterminée ou en intérim.

Si vous travaillez un jour férié, la rémunération dépend de votre convention collective. Certaines prévoient une majoration de salaire, d’autres accordent un repos compensateur. Il n’existe pas de règle universelle, et il est donc essentiel de se référer à votre contrat de travail ou à votre convention collective.

Les jours fériés et les congés : une combinaison complexe

La gestion des jours fériés lorsqu’ils tombent durant une période de congés est un autre volet complexe du droit du travail. Selon le Code du travail, un jour férié non travaillé tombant pendant un congé n’est pas décompté du nombre de jours de congés du salarié.

Cela signifie que si vous êtes en congé et qu’un jour férié tombe pendant cette période, vous n’êtes pas pénalisé. Ce jour ne sera pas décompté de vos jours de congés. C’est une bonne nouvelle, non ?

Le cas particulier du lundi de Pentecôte

Rappelons le cas spécifique du lundi de Pentecôte, devenu en 2004 la journée de solidarité. Cette journée de solidarité est un jour travaillé mais non payé pour les salariés, dont les gains sont destinés à financer des actions en faveur de l’autonomie des personnes âgées ou handicapées.

La mise en place de cette journée est flexible et peut être décidée par accord d’entreprise ou d’établissement. Elle peut être fixée un autre jour que le lundi de Pentecôte.

En bref, les jours fériés au travail

La gestion des jours fériés au travail est une question complexe, qui dépend à la fois de la loi, de la convention collective et des accords d’entreprise. Le droit à la rémunération, le décompte des congés et le travail durant ces jours sont autant de sujets qui nécessitent une bonne compréhension de vos droits et devoirs en tant que salarié. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre employeur, de vos représentants du personnel ou de votre syndicat pour toute question relative à ces sujets.