Ouvrir une franchise dans la beauté : quel domaine choisir ?

Les avantages qui découlent de la franchise sont divers, à commencer par les coûts moindres relatifs à la création d’une nouvelle structure. Autrement dit, l’entrepreneur franchisé a moins de contraintes, puisqu’il gère lui-même son centre de profit. D’ailleurs, certaines franchises axées sur la beauté ne requièrent pas de redevances. Néanmoins, il est essentiel de choisir un domaine pertinent et qui ouvre la voie sur des possibilités de développement.

Ce qu'il faut retenir :

💼 Coûts moindres Moins de contraintes et gestion facilitée.
📈 Possibilités de développement Opportunités de croissance et d'expansion.
💅 Diversité des prestations Épilation, onglerie, soins du corps, visage, maquillage.
📚 Formation complète Accompagnement et apprentissage approfondi.
🌟 Notoriété du réseau Bénéfice de la réputation de la société mère.
💪 Adaptation aux modes de vie Offres variées pour répondre aux besoins de la clientèle urbaine.
💰 Rentabilisation de l'investissement Utilisation de la notoriété du réseau pour garantir le succès.
🎓 Compétences requises Gestion, management, accueil, service et diplôme professionnel.
📊 Business plan Élaboration d'une stratégie de développement du salon.
🔑 Formalités administratives Rédaction des statuts, choix de la forme sociale et immatriculation de l'entreprise.

Ouvrez un concept de franchise dédié à la beauté

Le marché des instituts de beauté génère plus de 3 milliards d’euros chaque année. Diverses prestations sont proposées en vue de répondre aux attentes de la clientèle. Ainsi, les franchises dédiées à la beauté diversifient leurs prestations :

  • épilation,
  • onglerie,
  • soins du corps,
  • soins du visage,
  • maquillage.

Ce secteur offre diverses possibilités et opportunités. Selon une professionnelle qui a choisi de devenir franchisée Bodyminute, ce concept permet de bénéficier d’un réseau en pleine expansion. Dans le cadre de l’ouverture d’une franchise, les entrepreneurs bénéficient notamment d’une formation complète et d’un accompagnement dans le cadre de la réalisation de leur projet. Quel que soit le réseau choisi, les franchisés profitent de la notoriété de la société mère.

franchise beauté domaine entreprise création devenir franchisé

Le succès des centres de remise en forme

Très tendance, les centres de remise en forme répondent aux attentes de celles et ceux qui souhaitent entretenir leur corps tout en préservant leur santé. Les offres sont diversifiées pour mieux s’adapter aux modes de vie et aux aspirations d’une clientèle majoritairement urbaine.

Ainsi, intégrer un réseau de franchise demeure un atout majeur pour un entrepreneur qui prévoit d’ouvrir une salle de remise en forme dans les meilleures conditions. Il profite de la notoriété du réseau pour rentabiliser son investissement.

Et si vous lanciez un salon de coiffure franchisé ?

Un porteur de projet qui prévoit de créer un salon de coiffure en franchise doit avoir obtenu un diplôme professionnel. Les futurs franchisés doivent disposer de sérieuses compétences en gestion et en management. Ajoutez-y la convivialité, le sens de l’accueil ainsi que l’esprit de service. Un stage de préparation s’impose également à l’entrepreneur qui souhaite créer un salon de coiffure en franchise.

La démarche inclut par ailleurs une inscription au répertoire des métiers. Certes, ouvrir un salon de coiffure en tant que franchisé présente de nombreux avantages dès le lancement de l’activité. Il faudra néanmoins choisir un réseau fiable en termes de réputation et de santé financière.

Ensuite, il convient de louer un local assorti d’un bail 3-6-9 ou d’un bail commercial. L’étape suivante sera consacrée au business plan qui relate entre autres la stratégie du salon. Concernant la fiscalité, les salons de coiffure sont assujettis à l’impôt sur le revenu (IR) ou à l’impôt sur les sociétés (IS).

Par ailleurs, il incombe au franchisé de rédiger les statuts et les formalités d’enregistrement. Le choix se révèle d’autant très large entre les différentes formes sociales : SARL, SA, SAS, etc. Une fois les statuts rédigés, l’entrepreneur se charge de la déclaration en vue d’obtenir l’immatriculation de l’entreprise.